Une oie sauvage

Il n'est pas nécessaire d'être parfait ni de marcher à genoux pendant 100 km à travers le désert pour se repentir.

Vous n'avez qu'à laisser cet animal doux qui est en vous aimer ce qu’il aime.

Aimez ce qu'il aime. "

Parlez-moi de votre désespoir, du vôtre, et je vous dirai le mien.

Pendant ce temps, le monde continue.

Pendant ce temps, le soleil et les gouttelettes clairs de la pluie se déplacent à travers les paysages, sur les prairies et les arbres profonds, les montagnes et les rivières.

Pendant ce temps, les oies sauvages, haut dans l'air bleu pur, rentrent chez eux.

Qui que vous soyez, peu importe votre solitude, le monde s'offre à votre imagination. L’univers vous rappelle à votre place comme les oies sauvages, ordonnés mais excitantes -

Encore et encore elles viennent nous annoncer, nous rappeler notre place dans la famille des choses.

La solitude se disperse. Nous voyons clair. Nous comprenons que l’univers a besoin de nous et nous faisons partie d’un monde incroyable, d’une famille grandiose.

Vous êtes parfait dans votre intégralité, et cette intégralité comprend vos cicatrices, vos faiblesses, vos sauts d'humeur, les jours de votre vie ou vous préférez tirer les couvertures sur votre tête et rester au lit.

Le yoga est une pratique qui ne met pas d’étiquette « bon» ou «mauvais». Le yoga embrasse toute forme de beauté que vous apportez à votre tapis chaque jour.

Aimez- vous. Tout de vous. Et en période de doute revenez à votre tapis, respirez. Laissez de côté vos jugements envers vous et aimez-vous.

Car vous êtes la personne la plus importante dans votre vie. Et l’univers à autant besoin de vous que la rivière qui coule, les montagnes qui monte au ciel et que les oies sauvages qui viennent et qui reparte.

Adaptation du poème de Mary Oliver

Miss yogi